Les actus Hifi Link

Essai du nouveau DAC APL DSD AR

Cela fait quelques semaines que nous avons reçu le nouveau DAC APL DSD AR (article lors de son arrivée) la nouveauté 2020 du constructeur Bulgare APL.

C’est un DAC qui trouve sa place à coté de machines hifi très haut de gamme, il se trouve qu’il ne fait pas défaut à ces associations ultimes, nous allons développer ci dessous.

En ce jour ou nous jugeons que le DAC DSR AR est rodé, nous souhaitons nous arrêter sur une revue de la machine.

Le DAC série AR est le plus petit DAC de la famille, il est positionné à 7490 euros (contre 15000 euros pour le DSD SR MK2 et 40000 euros pour le DSD MR qui sont capables tous les deux de talonner une platine vinyle haut de gamme).

A ce « petit » prix, il a fallu bien sûr faire quelques concessions, même si APL a souhaiter garder les lignes circulaires qui sont propres à la marque, le boitier est un peu moins lourd et le capot supérieur à intégration plus simple que les 2 gros modèles puisque cette fois des vis sont apparente sur cette partie.

 

La présentation technique:

En terme de conception le DSD AR est le fruit de 30 ans d’essais et de recherches sur la conversion numérique.
Le but n’étant pas seulement d’obtenir des spécifications extraordinaires mais surtout d’obtenir le rendu le plus naturel possible.

Le APL DSD AR est capable de décoder les Flux PCM et DS (jusque PCM 384kHz/32bit et jusque DSD 256 (DoP ou Natif))
Tous les flux PCM sur S/PDIF, AES, Optique et USB sont convertis en DSD64 ou DSD128 (sélectionnable par la télécommande) comme sur le gros DAC APL DSD MR !

 

En détail pour la conversion:
Pas de simples chip de conversion, un FPGA prioritaire est utilisé par APL (comme sur les grands frères SR et MR). Pour cette conversion seulement des résistances a-magnétiques sont utilisées, il n’y a aucun contact mécanique sur le trajet de la conversion.
Pour les cheminements qui nécessiteraient des switchs mécanique alors APL utilise des switchs optiques (contrôlés par des MOSFET) ! Ce qui en résulte 0 pertes !
La conversion est opérée en mode mono (un par canal) avec un circuit de sortie audio spécial en classe A et opéré 100% en DSD.

 

Arrêtons nous déjà sur la partie alimentation, celle ci est genrée à partir d’un vrai transformateur « maison » Lundahl C-Core, celui ci permet à l’APL DSD AR d’être très silencieux (numériquement parlant). Un bon nombre de DAC utilise des transformateurs basiques ou des toroïdaux qui ne « sonnent » pas comme le C-Core

APL a opté pour un transformation 100% linéaire, pas de régulateurs « switchs » sur le trajet audio.

transformateur alimentation lundahl

 

Coté étage de sortie ce sont aussi des transformateurs de haute qualité Lundahl ! (Sur les étages de sortie on trouve très souvent des transformateurs d’entrée de gamme). Il n’y a pas d’ampli OP ou de contre réaction dans les étages de sortie.

transformateur sortie lundahl

 

En façade, simple et efficace: Power, Display on/off, Input, Vol +, Vol – et un écran LCD (de couleur au choix: rouge, vert, bleu ou blanc)

 

Coté connectique:
Deux paires de sorties analogiques: XLR et RCA
Trois entrées numériques: AES EBU, Spdif et USB (cette dernière entrée pour le DSD natif bien sûr), il n’y a pas d’entrée DTR comme sur les plus gros modèles de la marque.

 

Les écoutes:

Condition de tests, afin de pouvoir mettre le DAC AR en défaut, nous avons choisi du matériel très haut de gamme:

-Enceintes Wilson Audio Alexx capable de restituer des vrais grave et un médium très naturel

-Les amplificateurs Karan KAM 2000, capable d’une dynamique exceptionnelle

-le Préamplificateur à tubes APL PRE MR (sortie à tubes) que nous jugeons excellent et le Préamplificateur Audio Research REF 10 (sortie tubes avec alimentation séparée)

-Le drive sera le APL DTR MR et le Streamer APL DNP SR

-Le câble choisi est le nouvel Esprit Eureka.

 

Titres choisis:

Sur le titre « Come on in my Kitchen » de Cassandra Wilson
On apprécie le grave articulé et profond de la basse, la voix de Cassandra Wilson est naturelle et nous emporte très facilement dans la musique.
Le rythme de batterie est bon, les différents tom bien lisibles.
Le DAC AR s’en sort très bien et en dynamique et sur le coté naturel et émotion !

 

Sur le 2eme titre choisi: Romeo and Juliet Op64: Dance of the Knoghts par Lisa Batiashvilli

Les violons sont clairs, précis sans jamais devenir agressif, c’est beau est naturel !
La grosse caisse et les percussions sont d’une energie redoutable, precis et rapide: c’est EXTRAORDINAIRE !
Nous prenons vraiment beaucoup de plaisir, peu de DAC nous procurent cette sensation… On adore !

 

Sur le 3eme morceau choisi: Aria – les variations de Goldberg de Bach par Glenn Gould
Le Piano est naturel, on entent Glenn Gould chantonner clairement derrière son piano, vraiment il semble est dans la pièce avec nous, on en presque envie de se retourner…
Sur la 1ere Variation, les notes sont bien plus appuyées, ce qui est intéressant c’est qu’on entend cette sonorité de Piano très naturelle, une superbe envolé des notes sans jamais être ennuyeuse ou trop percutantes.
C’est un superbe enregistrement et le APL DSD AR sait nous le rendre !

 

Avant dernier morceau écouté: « Fools Rush in » et « I’m confessin' » de Dean Martin en DSD 128 pour juger des voix.
Ce morceau nous révèle une présence folle et une restitution très organique de Dean Martin, le piano et la contrebasse restent à leur place et même à bas niveau la guitare électrique est douce et lisible.
Écouter les voix en DSD 128 pure natif c’est une belle expérience sur ce DAC DSR-AR.
Quand ensuite on enclenche l’upsample DSD 256, la restitution gagne encore en finesse et en présence, quel résultat ! Mais comment est-ce possible, c’est une grande émotion…

 

 

Dernier album sélectionné : Division Bells de Pink Floyd.
Sur High Hopes que nous adorons, la scène est bien déployée, cohérente. La voix de David Gilmour est bien articulée et organique.
Le solo de 2mn10s de David Gilmour à la guitare Slide (Lap Steel) nous immerge dans le musique et nous donne la chair de poule !

 

 

 

En résumé:

Pour 7490 euros, APL nous livre là un produit dont on tombe littéralement amoureux, nous sommes dans la veine du SR MK2 ou du MR sans bien sûr atteindre leur extra subtilité et leur magie mais pas du tout déçu bien au contraire, on ne pensais pas atteindre ce niveau de restitution.

Vous l’aurez noté au travers des écoutes, le DAC DSD AR ne constitue pas de maillon faible y compris sur un système de référence ! Génial !

Des clients nous interrogent « Connaissez vous mieux dans cette tranche de prix », on ne prétend pas avoir écouté tous les DAC de 0 à 10000 euros, mais en tout cas un certain nombre utilisant des FPGA ou des Chip (AKM, Sabre ….) et de tout ce qu’on a pu écouter, on dira de manière sure et certaine : OUI !

Naturel, Dynamique, réalisme de la scène sont au rendez-vous, il s’agira de le connecter avec des câbles numériques en entrée de bonne facture mais bien sûr aussi soigner les sorties analogique et le secteur et vous en retirerez la quintessence.
Nous au show room on tape du pied et c’est très bon signe !

Nous lui attribuons les 4 étoiles de Hifi link Recommande:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.