Les actus Hifi Link

Un vinyle remastérisé à partir d’un fichier DSD… hum ?

vinyles remastered fichier ou analogique

Cela peut paraitre bizarre de voir cela dans les bacs…

Ici un vinyle des Rolling Stones, qui arbore « DSD Remastered », alors que les puristes (dont nous faisons partie) peuvent sauter au plafond, car ils attendent un master issu d’une bande magnétique et non pas d’un fichier numérique. Cela pour bien évidemment préserver le coté 100% analogique.

rolling stones DSD remastered zoom

Bien sûr des labels comme Prémonitions records ou Mofi qui sortent les bandes magnétiques et qui travaillent à demie vitesse et qui limitent l’usage de leurs matrice à 1000 pressages sont des exemples en la matière, mais cela n’est pas toujours possible.s

Alors master numérique ?

Malheureusement, des labels ont terni l’image du vinyle car ils se servent des fichiers 16/44 pour élaborer le CD et le Vinyle, dans ce cas le Vinyle sonne très mal.
Pas mal d’interviews d’ingénieurs du son convergent sur le fait qu’un vinyle peut être de bonne qualité à partir d’un master numérique PCM 24/192 ou DSD.

Un vinyle de qualité peut contenir des fréquences allant jusque 50 Khz, même si en réalité on voit plutôt 23 Khz (largement suffisant pour l’oreille humaine qui pour un nouveau né s’arrête à 22 khz). Un CD lui permet d’atteindre 22 Khz, donc les deux supports sur ce critère se valent.

Pour la dynamique, dans meilleur des cas, un vinyle révèle 70 dB et en pratique plutôt sur 60, voire 50 dB (pour un CD on a 96 dB)

Donc des spécifications du vinyle en dessous du fameux CD.  Mais alors d’où vient cette légèreté et cette douceur lorsqu’on joue un vinyle ?
Cette infériorité du CD/SACD est parfois due à l’écrêtage des signaux numériques que l’on trouve sur ces galettes, car les maisons de disques ne sont pas forcement passionnées par la qualité.

Nous pouvons donc dire que la course aux chiffres n’a pas d’intérêt pour écouter la musique, cela au niveau de la source.
C’est la qualité de la prise de son, le traitement du signal qui a de l’influence.

Par contre seul un matériel de haute qualité sera retranscrire ce coté « Analog » lorsque nous sommes en possession d’un vinyle de qualité. Et là… nous touchons l’émotion, la chaire de poule… Malheureusement des platines vinyle d’entrée de gamme sont souvent inférieures à un lecteur CD.

Retenez aussi qu’un bon fichier numérique haute résolution, bien employé (utilisation de limiteurs, de la bonne longueur par face…) et un gravage bien opéré peut avoir beaucoup de sens pour la création d’un vinyle !
Donc cet album en photo … n’est peut être pas mauvais…  Nous en aurons bientôt le cœur net.

Et le Dynamic Range (DR) ?

Un lien que nous utilisons lorsque les bases de données existent c’est DR Loudness, sur ce site, on trouve aussi le DR (Dynamic Range) des vinyles

Exemple: Pink Floyd, Dark side of the Moon

dark side of the moon DR

Vous verrez que en vinyle le DR range moyen est plus élevé que en CD et même que le SACD, alors que comme indiqué ici plus haut dans notre article, les spécifications auraient permis le contraire !

 

Pour en savoir un peu plus, un bon article sur Les Numériques.com

Back to list

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.