Banc d'essai

USB ou lecteur réseau ?

Nos clients nous parlent souvent de la dématérialisation via l’USB et ne comprennent pas forcément l’intérêt d’autres machines.
L’USB peut avoir des avantages, nous allons ici décrire un test sur une écoute de 45 mins.

Configuration de test :

  • Source : MAC avec Itunes + Rosita Pi + Convertisseur Meitner MA-1 : câble numérique Absolue Création In Tim (liaison Wifi entre le MAC et la Rosita)
  • Source 2 : Mac Mini avec Pure Music relié en USB au Meitner MA-1
  • Préamplificateur : Audio Research REF40
  • Amplificateur : Audio Research REF 110 (KT 120)
  • Modulation : Viard Audio Silver HD
  • Haut parleurs: Wilson Audio Sasha
  • Câbles HP: Viard Audio HD20

Le DAC Meitner MA1 est intéressant pour ce test, MAC Os n’a même pas besoin de driver spécifique, on branche et ça fonctionne !

Ecoutes :

Nous prenons le live de Sheller: «Sheller en solitaire», et nous nous calons sur les deux sources sur la piste «Basket ball».
Le piano est un instrument difficile à retranscrire sur une chaîne hifi, la voix de Sheller est superbe et le CD très bien enregistré.

Nous commençons avec Pure Music sur MAC OS.
Le piano est bien retranscrit, les attaques sont superbes, les notes sont tenues. La retranscription du piano est limpide.
Le voix du chanteur remplit la pièce, je n’arrive pas bien à le localiser, la voix est naturelle.
On s’amuse devant cette écoute.

Nous passons ensuite sur la Rosita Pi en drive :
Sur les premières secondes je me dis : ah je n’avais pas entendu ce souffle du public et le souffle du micro.
Puis le piano commence, euh… j’aurais du écrire PIANO, effectivement l’instrument prend de l’envol, les notes sont mieux tenues, les cordes sont d’une richesse à pleurer. Le piano est d’une grande souplesse et d’une densité impressionnante (sur les premières octaves surtout).
Les notes sont extrêmement harmonieuses, c’est bien un Steinway qui joue là !
Puis, Sheller commence à chanter, chaque respiration est retranscrite, les inflexions sont réalistes.
Et là j’arrive à localiser le chanteur, ce n’était pas le cas via l’USB…

Nous avions déjà constaté ces écarts entre USB et autres lecteurs réseau sur d’autres DAC, le Meitner nous confirme cela, c’est un DAC très délicat et sur des instruments comme le Piano ce DAC nous montre des écarts réels entre les deux types de source.

Nous avons à faire à des écarts qui ne sont pas subjectifs, on mesure beaucoup plus de différences ici qu’entre des fichiers audios de résolutions différentes.

Back to list

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.