Banc d'essai

Le Ayon Stratos

Nous avons eu le privilège de recevoir en avant première le nouveau DAC/Préampli de chez Ayon: le Ayon Stratos.
Celui-ci avait été présenté au salon High End de Munich en Mai 2013, mais le concepteur n’avait pas voulu dévoiler l’arrière de la machine qui n’était pas encore tout à fait finalisé.

Le Ayon Stratos est le DAC haut de gamme de la marque positionné à 9990 euros, son petit frère le Ayon Stealth se situe lui sous la barre des 7000 euros (Notez que le Ayon Skylla II est retiré du catalogue).
Aujourd’hui nous publions les premières photos, vous retrouverez le DAC en démonstration permanente chez HIFI LINK

ayon stratos avant

 

L’avant de la machine est très sobre:
-un afficheur LCD
-un potentiomètre de volume
-un sélecteur d’entrée
-un bouton arrêt/marche, comme à l’habitude chez Ayon celui-ci est dissimulé sous la machine.

ayon stratos arriere

 

Voilà la face arrière dévoilée, tout ce que l’on peut dire c’est que Ayon n’a pas fait les choses à moitié, tout y est !

Face arrière:

-Les sorties: XLR et RCA au choix via un switch
-Les entrées analogiques:
-Input 1 : pour l’entrée symetrique XLR
-Input 2 et Input 3 : pour les entrées asymétriques RCA
-Les entrées numériques:
-AES/EBU (XLR)
-Spdif (RCA)
-BNC
-Optique
-I2S (RJ45)
-USB (PCM 24/192 + DSD 2,8 et 5,6 Mhz)
-Dop (pour DSD over PCM)
-SDIF (3 BNC: DSD L / DSD R / DSD Clock)
-4 switch:
-Phase: 0 / 180 °
-Gain: High / Low
-Normal / Direct AMP
-XLR / RCA

Il vous manque quelque chose ? C’est la première fois que nous avons entre les mains une machine DAC / Préampli aussi complète !
Pour le boîtier, est-il utile de souligner la perfection habituelle des châssis de le marque ?

Présentation:

Le Ayon Stratos intègre un préampli analogique (nous n’avons pas à faire, comme on le rencontre souvent sur les DAC, à une gestion du volume numérique). Comme vous l’aurez compris à la description technique : le DAC Stratos gère tous les flux numériques PCM mais ajoute le DSD via USB et SDIF (via les 3 BNC).
La partie DAC utilise le chip SABRE ES9018 (8 DAC internes).
L’appareil vous offre le choix entre deux filtres: Filtre 1 et Filtre 2, mais aussi la possibilité d’upsample en 24/192 par un circuit de sur-échantillonnage SRC4193.
L’alimentation de l’appareil est de haute volée : elle est assurée par des transformateurs R core mais aussi par des condensateurs Mundorf « Silver Gold Oil », une alimentation exemplaire comme on aimerait en retrouver sur d’autres machines !
Comme souvent chez Ayon, l’appareil peut être utilisé en mode DIRECT AMP : pour attaquer directement des blocs de puissance, dans ce cas à l’allumage l’appareil se calera à un volume de -40. L’autre mode est le mode Normal qui permet d’aller attaquer un autre préampli et donc d’utiliser le Ayon STRATOS uniquement en DAC.

Conditions de tests:

Pour un DAC haut de gamme, nous avons utilisé du matériel et du câblage haut de gamme.
En source, nous avons passé successivement le Ayon NWT, les Rosita, le Meitner MA-1 utilisé comme DAC en attaquant uniquement la partie préampli de l’Ayon Stratos
En amplificateur de puissance, nous avons utilisé le Audio Research REF 150 et les blocs mono Ayon Vulcan III (nouveautés de Juillet 2013)

Premières écoutes en PCM:

Sur des morceaux bien enregistrés comme Diana Krall « Temptation », le Ayon Stratos présente une élégance que l’on ne pensait pas atteindre à ce niveau de prix.
Le message est dynamique, fouillé et la scène se déploie « Grandeur nature ».
Nous passons un morceau critique : Michel Jonasz « Le temps passé » où la basse descend très bas. Le morceau est joué avec un grand réalisme, les basses sont profondes et maitrisées.
Le Ayon Stratos ne présente pas de caractère « sur-chaleureux », il joue rapidement et juste ! Très étonnant pour un appareil à étage de sortie tubes. Le grave est maitrisé, lisible rien ne « bave ».
Ce qui hisse le Stratos tout en haut du classement est probablement son ouverture sonore rarement égalé à ce niveau de prix, on ressent la salle respirer, c’est d’un réalisme stupéfiant.

Au cours des tests, nous nous sommes rendus compte que le Ayon Stratos était l’un des seuls appareils que nous ayons pu tester qui provoque un souffle résiduel EGAL quelque soit le volume !
Que ce soit à volume Min (on ne parle pas de MUTE qui coupe tout souffle bien évidemment) ou à volume MAX, le souffle n’augmente pas ! Chapeau !

Écoutes en DSD : (par USB, le monde de la  « HIFI » ne propose pas encore de lecteurs à sortie SDIF )

A venir courant Aout, nous exigeons une machine rodée pour aller dans les enregistrements de « pointe », il serait ridicule d’en parler de suite même si nous avons déjà une idée du résultat.
Appareil en rodage….

Pour le DSD via SDIF (3 x BNC) pour l’instant les machines sont rares et dans le domaine processionnel : TASCAM (DA-3000 ou DV-RA1000HD) ou KORG.
Exemple le TASCAM DV-RA1000HD qui propose le DSD via les 3 BNC (droit, gauche et clock) :

tascam DSD

Première conclusion:

Si vous possédez un amplificateur de puissance haut de gamme capable de vous faire ressentir le côté charnel d’un concert Live Jazz, le Ayon Stratos est un excellent choix. A 9990 euros, vous vous équiperez d’un vrai préampli analogique et d’un DAC intégrant tous les décodages disponibles sur le marché !
Densité, rapidité et analyse sont au rendez vous, un excellent achat 2013 !
Pour les budgets plus serrés, il sera judicieux de se rabattre sur le petit frère le Ayon Stealth

Fiche produit Ayon Stratos
Fiche produit Ayon Stealth

 

 

Back to list

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.