Les actus Hifi Link

Le CD a déjà 40 ans…

Que le temps passe vite cette semaine nous fêtons les 40 ans du CD !

Ici la photo du 8 Mars 1979 où Philips révèle le CD.

Le Compact Disc a été développé par Sony et Philips et lancé en 1982, les premiers lecteurs apparaissent sur le marché avec les fameux Philips CD 100 (le 17 Aout 1982) et le Sony CDP 101 (le 1er Octobre 1982).

 

 

C’est au milieu du mois d’août 1982 que les firmes Phillips et Sony font graver les premiers CD (Compact Disc) dans une indifférence quasi générale.

Il faudra attendre l’année 1985 et la sortie de l’album sous forme de CD, Brothers in arms pour que le support commence à s’imposer avec la suite que l’on connaît.

Ce CD va offrir gloire et fortune au groupe de rock Dire Straits emmené par son virtuose guitariste Mark Knopfler qui s’était déjà fait remarquer de manière significative avec son premier fameux morceau : Sultans of swing.

Money for Nothing composé par Mark Knopfler et Sting (Sting était en vacances à Montserrat et Mark Knopfler lui proposa de faire les cœurs) est l’un des moments cruciaux de ce CD et est resté un titre monument du groupe, en particulier, grâce à son célèbre riff de guitare.

Les premiers CD ne sont pas réellement une révélation sur le plan musical, c’est le tapage médiatique qui fait son succès. Nous sommes loin en 1985 d’atteindre les résultats obtenus par le vinyle…

Il faudra attendre vraiment les années 2000 pour que les enregistrements numériques et les lecteurs de CD/SACD provoquent une réelle émotion.

Je me souviens encore des premiers CD de Dire Straits ou des Beatles achetés chez Ring Music à Villeneuve d’Ascq V2, tout ça est déjà si loin !

 

Pour les 40 ans du CD, nous vous proposons des offres du tous nos lecteurs CD.

Offre valable jusqu’au 31 Mars.

 

 

Une réponse sur “Le CD a déjà 40 ans…

  1. Bonjour,
    J’ai assisté à la présentation du lecteur Philips au festival du son 1983.
    C’était superbe, sauf que le lecteur était sur une table, sous une nappe, et en dessous il y avait encore toute électronique pour que ça fonctionne…
    En octobre 1984, j’ai acheté le Lecteur Sony D50, minuscule, et avec un superbe son.
    Sony révélait son savoir-faire en réduisant le monstre de Philips.
    À l’époque, contrairement à ce qui est dit, la seule clientèle visée était celle du classique. Violon, piano et le reste. Il n’y avait que du classique. Puis le jazz.
    Ce fut l’objet d’un débat, musclé, avec mon père, violoniste, qui disait que le CD était trop sec.
    Comme j’étais dans l’innovation, je trouvais que le CD était meilleur.
    Après, j’ai découvert qu’il avait raison 😂
    Depuis le débat n’a pas arrêté…
    Ce d50 réduisait l’encombrement, mais aussi le prix. C’est ce qui a fait vraiment démarrer le CD.
    Et pour dire que les vinyles restaient meilleurs, il fallait, soit une oreille hors-pair, soit une super installation.
    Ce qui n’était pas mon cas ni dans l’autre 🤪
    Jean-Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.